AYGUATEBIA

SON        
HISTOIRE   

SITUATION GÉOGRAPHIQUE
HISTORIQUE
PAROISSE
SITUATION ÉCONOMIQUE

Page précédente

Accueil

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Ayguatébia est assis en amphithéâtre et bien exposé au soleil sur un vallon dont les eaux rejoignent la rive droite de la "Cabrils" a une altitude de 1365 m
Son territoire d'une étendue de 1896 ha comprend vers les hauteurs le lieu anciennement nommé "les pujals" dont il ne nous reste que quelques métairies. il est entouré des villages d'Olette, Mont Louis Caudies de mont Louis, Railleu, Sansa , Talau.

HISTORIQUE:

Ayguatébia a une origine préhistorique certaine ; la découverte de haches polies situe son premier agglomérat 2000 ans avant J.C. en période néolithique méditerranéenne avec son économie naturelle de pâturage et d'agriculture.
C'est une région particulièrement préservée des invasions de part sa situation géographique.

La découverte de silex tailles autour des roches de "Rouquets" formant des abris naturels laisse supposer la présence d'une communauté.

Par la suite cette communauté s'est déplacée vers le bas du village actuel pour y construire au IX° et XX ° siècle sou l'influence des carolingiens qui font pénétrer la religion catholique.

C'est vraisemblablement au X° siècle que fut construit le château d'AYGUATEBIA. C'est dans ce château que naquit st Ermengol vers la fin du XX° siècle.

Dès le XI siècle le Nom d' AQUATEPIDA était mentionné dans un acte des calendes d'avril 1046 au nom de GIBERGA fille QUISLA Comtesse de Conflent qui a donné à GUILLEM RAMON l' Église de St FÉLIX d ' AYGUATEBIA et deux manses (c'est a dire deux terrains comprenant ou non un mas).
Cet acte nous permet de
connaître les limites de la paroisse à cette époque:

A l'Orient : CELRA (maintenant disparu) et Oreilla.
Au midi: MADAVONCLES (Moncles) et SALTU (Sauto),
A l'Ouest : SA QUANTON qui ne peut
être situé.
Au Nord : BARDOL (devenu Bourdouil, aujourd'hui disparu)

Cet acte situant Girberga aux alentours de l'an 1000, permet de penser que les principaux comptes du Conflent seraient originaires d'Ayguatebia. Leur château devant se situer au bas de l'actuel village/Les vestiges probables d'une tour située en contrebas de l'actuelle maison du maire Marcel Mitjaville (Maison Parote) témoignent seuls de son existence

La branche de la famille des comtes du Conflent  d' AYGUATEBIA a eu deux enfants un fils et une fille, Giberga sœurs de Saint Ermengol son aîné dont on ignore la date de naissance.
Ce que nous savons sur St. Ermengol, C'est qu'il fut prêtre, puis Chanoine à l'Église d' Urgell, Archiprêtre en 1003 à la même paroisse dont il deviendra l'Évêque de 1010 jusqu'en 1034 date de sa mort accidentelle.
Canonisé plus tard sous le nom de Saint Ermengol, il est encore très vénéré à Urgell et en Andorre.

En 1020 il donne sa part d' héritage au chapitre d' Urgell, à l'église de sainte marie, et en 1070 sa sœur donne sa part d'héritage également au chapitre d' Urgell devenu chapitre de St. Ermengol.

En 1072 l' église d' Ayguatebia devient Église de St. Félix et St. Ermengol.

XIV siècle Famines et pestes,

1335-1347 disettes successives,

1348 Peste Noire ce grand massacre des mal nourris

Le roi Jacques II se dessaisit des territoire d' Ayguatebia en Août  1343 en faveur du vicomte d'Evol et lui cède ses droits de guerre et de haute justice sur le château d'Ayguatebia et sur le CELLERA ou château de puig alt son annexe.

En 1416 fut cédé par les vicomtes d'Evol la haute juridiction au chapitre d'Urgell qui la conserva jusqu'en 1789.

Puis la haute justice, La juridiction civile et criminelle fut confié à la fin du XVIII° siecle à Nicolas SALETTE Docteur es lois domicilié a Prades.

Le chapitre d'Urgell en percevait des censives, droits de lods (c'est a dire de vente et de mutation) et de cabarets, les fruits de la dîme, lait, blé, laine, agneaux et de toutes choses "dont il est accoutumé de payer la dîme tant en droits que de coutume".Il les affermit encore en 1788.,

Pendant la révolution l'État Français prit possession des biens appartenant aux corps religieux étrangers et à ce titre notamment la foret du Bach et de la Socarrade.

PAROISSE

Ayant à régler un différent entre les communauté d'ayguatébia et d'oreilla pour les droits de pacage le viguier Marsal se en dit sur les lieux en 1661 accompagné d'un Notaire et d'un serviteur. En sa présence et malgré tous ses efforts pour concilier les parties, la contestation entre les particuliers des deux villages se changeât en une rixe sanglante. Le notaire et le domestique d'étant interposés furent frappés à mort; le viguier ne dut son salut qu'a une retraite prudente.

Les habitants se ressentirent peut etre plus que les autre populations du conflent de la commotion des guerres entre Fancais et Espagnols, entre Catholique et Protestants. Les registres mentionnent comme une longue traînée d'assassinats d'abord à la dague avant 1620, ensuite à l'escopette jusqu'en 1680.
depuis 1653, l'occupation des Français avait surexcité la population: les escopetades et les morts violents furent fréquentes. Le 22 avril 1659, 10
personnes civiles furent blessées et une mourut. L'exaltation des montagnards et leur aptitude provocante firent perdre contenance aux soldats et le7 février 1673 les français incendièrent le village et la Rectorie ne disant " Cremaren tot aiguatebia y tambe la rectorie"..

SITUATION ÉCONOMIQUE

D'économie rurale, pastorale et agricole depuis sa création Ayguatebia de par sa situation géographique vecu replié sur lui meme. Les villageois cultivaient ou elevaient en fonction de leur besoins; ne commerçant avec les autres villages voisins que pour l achat des produits de premiere necessite qu'ils étaient dans l'impossibilité de produite eux mêmes.

Il y avait encore en 1850 un moulin drapier au bas du village actuel ainsi qu'un moulin a grain qui lui, fonctionna jusqu'en 1910 et cela pour la commune d'Ayguatebia et des maitairies seulement.
Les habitants d'ayguatebia se livraient à la contrebandes jusque vers 1850. Leurs montagnes étaient le repaire de contrebandiers étrangers qui se dirigeaient vers l'Aude et l'Ariege.
Assez peuplé, le village commence à ce
dégarnir vers 1881 ( 509Ha) Le veritable depeuplement se produit après la guerre de 1914, apres la mort d' une quinzaine de jeunes. Leurs veuves se remarierent avec des hommes d'autres villages et quiterent le village.
L'autre génération trouva la vie trop dure, se loua a la ville et s'y installa.

Actuellement il n'y a pratiquement plus d'economie; seul un ou deux proprietaires cultivent encore pour leur besoins et ceux de leur betail.

Iil ne reste en hiver qu'une poignée de personne (- de 10)

 

Ayguatébia a donné naissance à Saint Ermengol évêque d'Urgell de 1010 à 1034 et en 1072 il étai déjà devenu patron mineur d'Ayguatebia.

La dévotion d'Ayguatebia à Saint Sébastien remonte loin probablement a la peste de 1348, les habitants se rendaient tous les 7 ans à l' eglise de saint Sébastien de Fontrabiouse et y apportaient une Immense roue de bougie filée, laquelle était destinée à brûler pendant les offices devant la statut  du saint jusqu'au prochain pèlerinage. C'est la procession dite de la Roda.

La chapelle du Rosaire nous montre un petit retable peint du début du XVIII° siècle. Les deux statues qui encadrent ce retable sont du XVIII elles représentent St Félix et St Ermengol et Proviennent probablement du maître autel de l'ancienne  église.
Il faut encore signaler :
- Retable du rosaire du XVII°,
, Vierge sur son trone processionnel dit "Cadireta" du XVII°,
 
- Portail et vantaux inscrits à l'inventaire des monuments historique
- Un christ en croix du XVIII° siècle,
- Une vierge du rosaire avec sa cathédre de la même époque,
- Une Cuve baptismale en granit ouvragée,
- Deux cloches datée de 1775 et  1887.
- Une Croix du cimetière, peut être pas très ancienne ,En fer forgé, est un bel exemple unique  de croix recroisetée
- Une peinture d'une vierge allaitant du XV Siecle classée au monument historique 

Etienne Ponter Recteur d'Ayguatebia mourut le 25 juillet 1652 après 50 ans de ministère et fut enterré dans l ancienne église.

En 1688 et 1690 se trouve mentionné le nom de deux vicaires de la paroisse d' Ayguatébia.
Le Recteur Antoine Modat mort en 1710 et Romain Morer mort en 1756 sont enterrés dans la nouvelle église.
Un curé de la fin du XIX siècle est également enterre sous la Chaire.

 

Haut de Page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de Page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de Page

 

 

Cliquer sur l' image pour l'agrandir

 

 

 

 

Haut de Page                             Accueil